Brief des Bischofs von Troyes (an den Prior von Sellieres)
(aus der Correspondance littéraire von Grimm)

                          De Paris, le 2 juin 1778
Je viens d’apprendre, monsieur, que la famille de M. de Voltaire, qui est mort depuis quelques jours, s’était décidée à faire transporter son corps à votre abbaye pour y être enterré, et cela parce que M. le curé de Saint-Sulpice leur avait déclaré qu’il ne voulait pas l’enterrer en terre sainte. Je désire fort que vous n’ayez pas encore procédé à cet enterrement, ce qui pourrait avoir des suites fâcheuses pour vous; et si l’inhumation n’est pas faite, comme je l’espère, vous n’avez qu’à déclarer que vous ne pouvez y procéder sans avoir des ordres exprès de ma part.

J’ai l’honneur d’être bien sincèrement, monsieur, votre, etc.

zit nach:
Correspondance littéraire, philosophique et critique de Grimm et de Diderot, depuis 1753 jusqu’en 1790. Nouvelle édition, revue et mise dans un meilleur ordre, avec des notes et des éclaircissements, et où se trouvent rétablies pour la première fois les phrases supprimées par la censure impériale. Paris, Furne et Lagrange, 1829-1830. 15 vol. in-8., Band 12 aufgenommen in die Voltaire-Seiten von http://www.voltaire-integral.com

.

                                  Paris, 2. Juni 1778
Mein Herr, Ich habe vernommen., dass die Familie des Herrn Voltaire, der seit einigen Tagen tot ist, sich entschieden hat, seinen Körper in ihre Abtei transportieren zu lassen, um ihn da begraben zu lassen und dieses, weil der Herr Pfarrer aus Saint Sulpice ihnen erklärt hatte, dass er ihn nicht in geweihter Erde begraben wolle. Ich wünsche mit Nachdruck, dass sie dieses Begräbnis noch nicht vorgenommen haben , das könnte für Sie sehr unangenehme Konsequenzen haben.
Und wenn die Bestattung, wie ich hoffe, noch nicht durchgeführt worden ist, so haben Sie nur zur erklären, dass Sie dies ohne meine ausdrückliche Anweisung nicht vornehmen könnten. Hochachtungsvoll...